eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Facebook
Rss
Video



              
Salma Khouja | Reproduit ici le Jeudi 16 Mai 2019 à 14:34

À Marrakech, le proviseur d'un lycée français suspendu pour harcèlement sexuel




HARCÈLEMENT - Depuis ce mercredi 15 mai circule sur les réseaux sociaux un mail envoyé par une élève du lycée Victor Hugo, dans lequel elle accuse le proviseur de l’établissement, Hervé Magot, de harcèlement sexuel.

Dans un long message, la jeune fille fait notamment allusion à des “mains baladeuses”, des “allusions sexuelles”, des “questions déplacées”... La lycéenne y affirme également que “de nombreuses personnes ont souffert”, suite à des comportements similaires. Le message a été partagé sur les réseaux sociaux par une ancienne élève du lycée:

Le proviseur du Lycée français Victor Hugo à #Marrakech aurait du mal à controler ses mains et sa langue visiblement. #MeToo@aefeinfo#AEFEpic.twitter.com/3qq09YNLqX

— Farah Nadifi (@FFafou) May 15, 2019

Suite à ces accusations, les élèves de l’établissement français basé à Marrakech ont manifesté ce mercredi 15 et jeudi 16 mais dans la cour du lycée, réclamant la démission du proviseur de l’établissement. 

Des manifestations qui ont visiblement fait leur effet. Le proviseur de l’établissement a depuis été suspendu par l’AEFE (Agence pour l’enseignement français à l’étranger), rapporte au HuffPost Maroc une source proche de l’ambassade de France.

Selon l’association de parents d’élèves UCPE Marrakech, le Conseiller Culturel de l’ambassade de France à Rabat “fera le déplacement vendredi à Marrakech pour rencontrer les élèves du CVL, les représentants des associations de parents et les enseignants pour discuter et utiliser tous les moyens démocratiques pour éclaircir et régler cette affaire”, précisant que “le proviseur dément toutes les accusations” portées à son encontre. 

Le personnel de l’établissement a également reçu une note d’information avisant de la suspension de Hervé Magot.

Suite. E-mail envoyé aux professeurs. pic.twitter.com/i7144iktbs

— Aida Alami (@AidaAlami) 16 mai 2019


Source : https://www.huffpostmaghreb.com/entry/une-affaire-...