Menu
           

70 ans de tensions entre les États-Unis et la Corée du Nord


Mardi 12 Juin 2018 Par COURRIER INTERNATIONAL (PARIS)




1945 – Le pays se divise. Après la fin de la colonisation nippone de la péninsule, la Corée est divisée selon le 38e parallèle : au nord une zone soviétique, au sud une zone américaine.

1948 – La fondation de la Corée du Nord. Avec Kim Il-sung à sa tête et grâce à l’appui de l’Union soviétique.

1950 – La Corée du Sud déclare son indépendance. La Corée du Nord envahit le sud, Séoul est reprise par les États-Unis, qui mobilisent une coalition internationale face aux troupes nord-coréennes, elles-mêmes appuyées par la Chine.

1953 – Un armistice est signé. Il n’a jamais été transformé en accord de paix. Washington impose des sanctions à la Corée du Nord.

1968 – Un navire américain est capturé par la Corée du Nord. L’USS Pueblo est accusé d’avoir violé les eaux territoriales nord-coréennes.

1985 – La Corée du Nord signe le traité international de non-prolifération nucléaire. Il lui est désormais interdit de produire des armes nucléaires.

1988 – La Corée du Nord est blacklistée. Les États-Unis font figurer Pyongyang sur sa liste noire des États soutenant le terrorisme.

1994 – Kim Il-sung décède. Son fils Kim Jong-il prend la succession.
La Corée du Nord et les États-Unis signent un accord bilatéral : Pyongyang s’engage à geler son programme nucléaire militaire en échange de la construction de réacteurs civils et de pétrole.

1996 – 3 millions de Nord-Coréens meurent dans des inondations ou à cause de la famine.

2000 – Premier sommet entre les deux Corées. Les dirigeants sud- et nord-coréens se retrouvent à Pyongyang.

2002 – Déplacement du Premier ministre japonais en Corée du Nord. Junichiro Koizumi obtient de la part des autorités de Pyongyang qu’elles reconnaissent avoir enlevé treize ressortissants nippons dans les années 1970 et 1980.

2003 – La Corée du Nord admet développer un programme nucléaire. Elle expulse les inspecteurs des Nations unies et se retire du traité de non-prolifération. Début des pourparlers à six (Chine, Russie, États-Unis, Japon, Corée du Sud, Corée du Nord) sur la dénucléarisation.

2006 – Premier essai nucléaire souterrain nord-coréen. Les Nations unies décrètent des sanctions économiques et commerciales contre Pyongyang.

2009 – Deuxième test nucléaire. La Corée du Nord conduit ses premiers essais de tir de missiles à longue portée. Les pourparlers à six prennent fin.

2011 – Décès de Kim Jong-il. Il est remplacé par son fils Kim Jong-un qui accélère le développement du programme nucléaire et balistique.

2013 – Troisième essai nucléaire. Les Nations unies prennent de nouvelles sanctions contre Pyongyang.

2017 – Regain de tensions entre Washington et Pyongyang. “Tout le territoire américain est à notre portée”, déclare Kim Jong-un après des tirs de missile intercontinental. Le président américain promet “le feu et la colère” sur la Corée du Nord.

2018 – Vers une rencontre historique.

Février – Rapprochement des deux Corées. Les deux pays se retrouvent à l’occasion des Jeux olympiques d’hiver à Pyeongchang. Des émissaires se rencontrent à Pyongyang.

8 mars – Donald Trump dit oui. Le président américain accepte l’invitation de Kim Jong-un à se rencontrer.

27 avril – Un sommet exceptionnel. Le leader coréen Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in se retrouvent dans la zone démilitarisée. Ils déclarent la fin des hostilités et travailler à la dénucléarisation de la péninsule.

24 mai – Coup de froid. Pyongyang assure avoir démantelé son site d’essai nucléaire. Le même jour, Donald Trump annule le sommet prévu avec Kim Jong-un le 12 juin à Singapour.

2 juin – La volte-face de Donald Trump. Le président américain confirme la tenue du sommet de Singapour après avoir rencontré le général nord-coréen Kim Yong-chol à la Maison-Blanche.




View my Flipboard Magazine.