Menu
           

40 ans après son interdiction “Le message” projeté sur les écrans saoudiens


Mercredi 13 Juin 2018 Par A.A




40 ans après son interdiction “Le message” projeté sur les écrans saoudiens
Le film "Le message" sur la vie du Prophète Mohammed sera projeté pour la première fois en Arabie saoudite à partir du 14 juin, plus de 40 ans après son interdiction, a annoncé le distributeur de ce film controversé.
La sortie saoudienne du film de l'Américain d'origine syrienne Moustafa  Akkad intervient après la levée en mars d'une interdiction de 35 ans des cinémas en Arabie saoudite à la faveur de la politique d'ouverture inspirée par le prince héritier, Mohammed ben Salmane. "La restauration des versions arabe et anglaise du film est très importante car elle offre une occasion en or à la génération actuelle" de voir un "film culturel et historique important", a indiqué dans un communiqué le distributeur, Front Row Entertainment.
Le film, sorti en 1976 et qui a été depuis largement projeté dans le monde arabe, avait été interdit en Arabie saoudite, un pays abritant les lieux saints de l'islam et où des responsables religieux y avaient vu un sacrilège.
L'islam, dans son interprétation stricte, interdit toute représentation du Prophète Mohammed. Et Moustafa Akkad, qui avait demandé conseil auprès d'oulémas, avait pris soin de ne jamais représenter le Prophète dans le film, en utilisant le procédé de la caméra subjective. Malek Akkad, son fils, s'est félicité de la sortie du film en Arabie saoudite. "Au vu des nombreuses difficultés, je suis très heureux qu'il soit maintenant montré en salle" en Arabie saoudite, a-t-il dit à l'AFP. "Le message" sera également programmé aux Emirats arabes unis à l'occasion de l'Aïd el-Fitr, la fête marquant la fin du jeûne musulman du Ramadan qui commence ce week-end.
Refusé par Hollywood, le film avait été tourné, en deux versions, anglaise et arabe, au Maroc et en Libye, avec des financements koweïtiens et libyens. La version anglaise a été tournée avec les acteurs Anthony Quinn et Irène Papas. Moustafa Akkad est décédé dans des attentats perpétrés contre des hôtels à Amman en 2005.
Espérant une sortie en salle dans les pays musulmans, les ayants droit du long-métrage, dont le producteur, qui n’est autre que le fils du réalisateur, ont saisi les conseils de censure de plusieurs pays pour éviter toute mauvaise surprise et comptent sur une sortie pour les vacances de l’Aïd. Comme le rapporte The Hollywood reporter, les producteurs du film “ont adressé la question aux comités de censure de pays comme ceux du Conseil de coopération du Golfe, l’Egypte, le Maroc, l’Irak, le Liban ou encore l’Ethiopie. Seul le Koweït a banni le film”. Cependant, comme l’explique le journal américain, l’autorisation émise par l’Arabie saoudite pourrait mener à un changement de position de son allié koweïtien.
Dans un communiqué, publié par la même source, le fils du réalisateur a tenu à exprimer sa reconnaissance: ”Mon père Moustapha n’a pas eu la chance de voir son film diffusé dans les salles de cinéma de son vivant, mais je sais qu’il aurait été très fier. C’est un hommage à mon père. Il voulait partager son amour de cette culture et une importante leçon de l’islam et “Le message” avec le monde. Maintenant, à une époque où le monde en a besoin, son rêve est en train de devenir réalité”



Source : https://www.libe.ma/40-ans-apres-son-interdiction-...