eMouaten : Bulletin de Veille
Twitter
Facebook
Rss
Video



              
MAP | Reproduit ici le Mercredi 10 Juillet 2019 à 14:12

27è Festival ”Sete Sois, Sete Luas” à Essaouira : ”Orkestra Popular 7 Luas” et ”Oussoul Gnaoua” offrent au public un cocktail musical de toute beauté




Essaouira – Le public, parmi les Souiris et les visiteurs de la cité des Alizés, a eu droit, mardi soir, à un cocktail musical de toute beauté, signé ”Orkestra Popular 7 Luas” et la jeune troupe ”Oussoul Gnaoua” et ce, à la clôture de la 27è édition du Festival ”Sete Sois, Sete Luas” (Sept Soleils, Sept Lunes).
Dans une ambiance festive riche en rythmes et sonorités d’une musique universelle, l’assistance a été gratifiée d’un florilège de chansons inédites interprétées, avec brio, par cinq musiciens talentueux à savoir: le Brésilien Roberto Bandeira, le Portugais Ricardo Cohelo, l’Espagnol Javier Blanes, le Bissau-guinéen Manecas Costa et l’Italienne Barbara Eramo.
Des artistes confirmés qui, en toute subtilité et avec une mixité inégalable, ont su associer et additionner, le temps d’un concert, rythmes, chants et sonorités de 5 pays différents: l’Italie, le Brésil, le Portugal, l’Espagne et la Guinée-Bissau, comme pour rappeler à tous que la musique demeure incontestablement ce langage universel qui transcende les frontières pour conquérir les coeurs et les âmes.
C’est ainsi que les festivaliers présents à la clôture de la 27è édition du Festival “Sete Sois, Sete Luas”, ont été conviés à voyager à travers les musiques du monde, notamment avec un soupçon de fado, un brin de samba, deux doigts de saudade, des envolées de sonorités médiévales et des nuées de bel canto nimbées de flamenco, le tout assaisonné de gumbé et de musique gnaoua.
Un autre moment inoubliable de cette soirée a été l’entrée majestueuse sur scène des jeunes musiciens de la troupe souirie ”Oussoul Gnaoua” venus se joindre à l'”Orkestra Popular 7 Luas”, le temps de faire vibrer le public grâce à une fusion magnifique, avant de lui faire savourer l’authenticité et surtout la singularité d’un art ancestral et de rythmes riches et variés d’une musique qui se trouve aisément rehaussée vers l’universalité.
Dans une allocution de circonstance, Kaoutar Chakir Benamara, secrétaire générale de l’Association Essaouira-Mogador, a relevé que ”la musique rassemble les peuples et permet de ressentir les mêmes émotions”.
“Quelle que soit notre langue, notre couleur de peau, nos opinions politiques ou nos manières d’exprimer l’amour et l’espoir, la musique nous parle”, a-t-elle dit, rappelant que la musique a ce pouvoir naturel et ce don universel de rassembler les peuples où ils se trouvent.
Et de poursuivre qu'”en assistant à ce concert emblématique de clôture, nous soutenons la création musicale et un projet audacieux qui a osé mélanger les musiques du monde”.
A noter que la 27è édition du Festival ”Sete Sois, Sete Luas” a été l’occasion pour le grand street-artiste portugais Hugo Pinhao (Nark), de réaliser à proximité de Bab Sebâa, une fresque murale géante illustrant le portrait d’un vieil homme où sont présentes également la Sekkala du port et des barques de pêche.
Initié en partenariat avec l’Association Essaouira-Mogador, ce festival se fixe pour finalité de promouvoir le dialogue interculturel, la mobilité et le rassemblement d’énergies et de talents, afin de proposer chaque été un programme éclectique et diversifié.
Le Festival ”Sete Sois, Sete Luas” est mis en oeuvre par un Réseau culturel d’une trentaine de villes représentant une dizaine de pays de la Méditerranée et du monde lusophone à savoir: le Brésil, le Cap Vert, la Croatie, l’Espagne, la France, l’Italie, le Maroc, le Portugal, la Slovénie et la Tunisie, rappelle-t-on.