eMouaten : Bulletin de Veille


MAP le Jeudi 20 Décembre 2018

21è FCAK: "Fatwa", une immersion dans l'univers des groupes extrémistes




Khouribga - "Fatwa", du réalisateur tunisien Mahmoud Ben Mahmoud, nous plonge dans l'univers des groupes extrémistes où s'affrontent l'amour de la vie et les ténèbres de la pensée extrémiste.

Le film raconte l'histoire de Brahim, un Tunisien installé en France, qui rentre à son pays pour enterrer son fils mort dans un accident de moto. Il découvre que le jeune Marouane militait au sein d'un groupuscule terroriste.

Ronger par les incertitudes quant à la version officielle de la mort de son fils, Brahim décide de mener son enquête dans le quartier populaire où vivait Marouane après avoir quitté la maison familiale suite à une dispute avec sa mère, gauchiste et fondamentalement opposée aux groupes islamistes.

Dans l'appartement, Brahim découvrira que son fils a délaissé son amour pour les arts plastiques et s'est précipité dans le gouffre de l’extrémisme.

Son enquête le mènera à la rencontre de Latifa, femme du chef du groupuscule extrémiste rejoint par son fils. Elle finira par lui avouer dans un moment de sincérité que son enfant a été tué pour avoir tenté de fuir l'enfer de ce groupe en sa compagnie.

Dans "Fatwa", le réalisateur a tenté de trouver l'identité de la Tunisie contemporaine, entre ouverture sur le monde occidental et extrémisme régnant parmi les jeunes.

À travers l'histoire de Marouane qui a un père à l'étranger et une mère absorbée par le militantisme politique, le film traite également de la problématique de la négligence familiale et de son rôle dans la simplification des campagnes d'endoctrinement.

Mahmoud Ben Mahmoud a étudié le cinéma à l'institut national des arts du spectacle et techniques de diffusion en Belgique, son film "Fatwa" a remporté le "Tanit d'Or" aux journées cinématographiques de Carthage.

Après avoir réalisé "Traversées" en 1982, "Les siestes grenadine" 1999 et "le professeur" 2012, Mahmoud Ben Mahmoud enchaîne avec "Fatwa" qui est en compétition avec 14 autres films africains produits entre 2017 et 2018 pour tenter de décrocher le Grand Prix ''Ousmane Sembène'' dans le cadre de la 21è édition du FCAK organisée sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.